3. La musicothérapie réceptive.

Cette technique met en jeu des affects des images et des émotions. Ce kit de base se retrouve également chez le petit enfant. Il correspond à certaines zones du cerveau.

 La musicothérapie réceptive individuelle met en jeu trois protagonistes: La musique comme émetteur, le patient comme récepteur et le thérapeute en tant qu'accompagnateur.

3.1 Comment se présente la séance?

3.1.1. Si on travaille suivant le modèle défini par J.Jost, on aura... .

a. Un premier extrait qui reflète la difficulté du sujet. Par exemple une musique militaire pour les rituels obsessionnels.

b. Le deuxième extrait va neutraliser les effets du premier car la musique choisie sera d’une nature plus neutre.

c. Le troisième morceau portera sur l’ouverture souhaitée par le sujet.

Certains thérapeutes font le choix de se passer du deuxième extrait.

On laissera impérativment à la fin de la séance un temps de parole de 15 minutes afin d’échanger avec le patient des appréciations sur les trois musiques proposées.

 

3.1.2. Un autre schéma s’articule comme suit ... .

a. Passer un extrait d’environ 3 minutes dont l’objectif sera de décharger les tensions. La musique écoutée sera généralement mal supportée par l’auditeur.

(Musique de forte intensité, présentant des fréquences aigues et une forme cahotique).

b. Impérativement, on intercalera ici une phase de verbalisation qui aura pour but de faire émerger ce qui ne va pas.

c. En vue de restaurer un état de bien-être, on fera passer une musique de détente d’une durée d’environ cinq minutes qui a pour but de permettre à l’auditeur de se sentir mieux.

(Musique présentant un schéma souple, coulé).

d. On place ensuite une musique de relaxation d’une durée de 10 à 12 minutes.

(Musique présentant des mouvements amples et espacés).

f. Enfin, on achève la séance par une musique d’éveil d’environ 3 minutes.

(Même profil qu’en c mais avec invitation à faire remonter la vigilance).

 

3.1.3. Si au lieu de pointer une problématique, l’objectif est de relaxer, on proposera une association musicale de quatre oeuvres comportant successivement:

a. Une musique apaisante.

b. Une musique de détente.

c. Une musique de relaxation.

d. Une musique d’éveil.

 

3.2. Quelles sont les grandes catégories de musiques?

3.2.1. Les musiques apaisantes ne sont pas forcément calmes. Leur objectif est de permettre au sujet de décharger ses émotions et ses tensions.

3.2.2. Les musiques de détente sont calmes, sécurisantes. Elles devraient normalement comporter peu de connotations émotionelles et aider l’auditeur à lâcher prise.

3.2.3. Les musiques de relaxation ne doivent comporter aucune variation sonore de timbre et d’intensité. Elles utiliseront de préférence les basses fréquences. Normalement elles doivent réduire l’état de vigilance de l’auditeur.

3.2.4. La musique d’éveil doit permettre à l’auditeur de retrouver son état de vigilance normal. Elle sera plutôt gaie, enjouée et progressivement dynamique.

3.2.5. Les musiques régressives sont peu structurées et rechercées. Leur profil rythmique est large, lent, simple.

3.2.6. Les musiques enveloppantes ont pour but de sécuriser, bercer, apaiser. Elles comportent une mélodie. Leur finalité symbolique est de contenir le manque, de tisser des liens face à l’objet conflictuel ("L’angoisse est un manque de liens face à l’objet" S. Freud).

3.2.7. Les musiques fortes induisent une sensation de puissance, d’énergie, de force, ... . Elles sont très utiles pour ramener les potentiels d’un patient.

3.2.8. Les musiques déstructurantes sont employées pour rappeler l’angoisse. Elles peuvent ainsi faire glisser des éléments inconscients vers le préconscient. Leur rôle est de faire "éclater" les difficultés afin de mieux réunifier la personnalité. Cette technique n’est pas sans danger et demande une certaine expérience.

Ces extraits doivent impérativement être suivis d’une musique restructurante qui aura pour fonction d’apaiser et de détendre.

  


Retour au sommaire de l'article.


La musicothérapie. Retour à la page d'accueil.

http://www.aecoute.net

photoid.jpg (9610 octets)

Conception et réalisation du site

Pascal Rivière

Courrier.