"ENTREZ DANS LA RONDE, VOYEZ COMME ON DANSE"

 

AVANT PROPOS

Lao Tseu disait : "Un voyage de mille lieues commence par un pas" voulait-il parler d’un pas de danse ?

" TERPSICHORE " muse, du chant de la poésie lyrique et de la danse est souvent représentée avec une lyre aux bras .

Les Grecs avaient certainement compris le lien qui rassemble la musique, le verbe et le mouvement.

 

Présentation du cadre :

L’externat-médico-pédagogique : "L’arc en ciel" où je travaille , reçoit des enfants âgés de 6 à 14 ans présentant une déficience intellectuelle moyenne ainsi que des troubles importants de la personnalité.

Tout au long de la journée, des éducateurs spécialisés leur proposent diverses activités dites de guidance pour les apprentissages structurés et d’accompagnement pour celles qui favorisent l’éveil de l’enfant.

L’atelier " Rondes et danses" présenté ci-dessous s’inscrit dans cette dernière ligne et vient en complément d’une activité d’expression musicale :

INTRODUCTION :

- Définition :

Les définitions de la danse sont multiples et le choix de l’une ou l’autre n’est pas chose aisée .Néanmoins la plus explicite nous semble être celle de Lou Flagel universitaire et chercheur Belge en danse traditionnelle : " La danse est une forme d’expression humaine, utilisant des mouvements organisés rythmiquement dans un rapport étroit à un support musical, instrumental ou vocal . Il faut considérer deux aspects, intimement liés et indissociables :

- celui des mouvements inscrits dans le temps et dans l’espace ;

- celui des sensations et émotions suscitées par l’acte dansé .

Si le premier appartient au territoire visible en permettant l’observation et l’analyse, le second échappe pour tout ou partie au regard extérieur ."

- Origines des rondes et danses:

La danse se retrouve dans toutes les sociétés depuis la nuit des temps.

Dès l’origine, les sociétés leur confèrent une valeur sacrée , rituelle et initiatique permettant à l’enfant une matérialisation de son évolution vers un devenir d’adulte .

Elles véhiculent également des valeurs éducatives , personnelles et sociales .

 

 

- Intérêt pédagogique :

Outre leur aspect ludique, elles offrent à l’enfant l’occasion de ne pas être mis en échec.

En effet , d’un point de vue chorégraphique , il est toujours possible de simplifier les déplacements .Un enfant qui se trouverait en difficulté serait entraîné par la mouvance du groupe .

De même pour les textes, nombreuses sont les rondes et danses où les couplets sont chantés à deux reprises avec des refrains faciles à mémoriser . L’éducateur peut alors modifier son implication en fonction du niveau des enfants .

 

1-LES VALEURS SOCIALES:

- La socialisation :

Les rondes et les danses répondent à des codes d’exécution bien précis . De ce fait , l’enfant aura à s’imposer le respect de ces dernières et de justifier ainsi sa présence dans le groupe .

Dans une activité ludique l’enfant va apprendre à devenir sociable , à respecter le règles énoncées par son groupe de vie . Il préparera ainsi son intégration sociale de demain .

 

- La convivialité :

Dans son livre : " Le livre des chansons à danser " Yvon Guilcher parle du plaisir de danser en ces termes : " Le plaisir de chacun naît de la participation à un acte collectif complet , à la fois musical, poétique et musculaire ."

Nous pouvons remarquer que dans de nombreuses situations de groupe les relations entre enfants sont tendues, parfois même agressives .

Partant de cette constatation, cet atelier propose aux jeunes de se sentir bien avec les autres et au milieu des autres .Ainsi les uns apprendront à s’effacer tandis que les autres vivront l’expérience d’être mis en valeur sans la peur de représailles .

 

- Le partage collectif des émotions :

La danse ainsi que la chanson qui parfois l’accompagne peuvent avoir des vertus thérapeutiques .En effet , vivre au sein d’un groupe des émotions , des angoisses peut s’avérer contenant et apaisant .

Le corps , la voix sont alors des moyens privilégiés qui permettent à l’enfant d’exprimer ses mouvances internes .

La plupart des affects humains trouvent un écho dans des rondes ou des danses . Pour exemple , citons : "L’alouette est sur la branche " une ronde qui trouve son origine chez les compagnons du tour de France . Le texte traite du départ , de la séparation mais il est également un très fort encouragement à grandir , à suivre sa voie vers l’autonomie.

 

- La rencontre des filles et des garçons :

Durant la période dite de " latence" nous pouvons remarquer que les enfants font preuve d’une grande pudeur . Garçon et filles affirment leur groupe d’appartenance ont tendance à limiter les échanges au minimum ou tout au moins durant des temps socialement admis .

Les danses permettent cette rencontre , cette découverte de l’autre qui malgré le apparences est différent.

Remarquons qu’un certain nombre d’enfants de "l’arc en ciel "ont des doutes ou sont même ignorants de leur appartenance sexuelle.

 

2-LES APPRENTISSAGES :

- Le rythme :

Le rythme est l’un des éléments fondamentaux dans l’acquisition du langage . Ce dernier est foncièrement musical donc soumis dans une certaine mesure à la métrique musicale .

L’enfant qui ne possède pas intérieurement , même à minima celle-ci aura je pense de gros problèmes d’élocution .

La danse va permettre cet apprentissage car l’enfant va devoir marcher courir , sauter dans une pulsation donnée, d’abord par mimétisme puis lorsque ce rythme aura été intériorisé il deviendra un réflexe quasi naturel .

- Le mouvement :

L’une des façons d’apprendre à se connaître est déjà de se différencier de l’extérieur.

Comme nous le verrons plus loin, appréhender l’espace est une chose importante dans le processus de maturation de l’enfant.

Le mouvement lui permet de découvrir une grande partie des potentialités de son corps, ce qui lui procure également un certain plaisir .

Il lui prouve que celui-ci fonctionne bien et qu’il est capable d’en avoir la maîtrise .

Ce dernier point nous semble d’importance car nous pouvons remarquer qu’un bon nombre de jeunes ne coordonnent pas leurs gestes .De ce fait ils peuvent devenir dangereux pour eux-mêmes ou pour autrui .

 

- Le schéma corporel :

De nombreux enfants du fait de leurs difficultés n’ont pas encore acquis ce schéma corporel indispensable à leur développement futur .

De nombreuses chansons à gestes permettent cet apprentissage de façon ludique . L’une des plus connues étant : "Savez-vous planter les choux " où chaque enfant doit , à tour de rôle , citer la partie de son corps avec laquelle il souhaite planter les choux , le groupe reprenant en choeur le choix établi .

 

- La latéralisation :

Les rondes ont cela d’intéressant qu’elles permettent de s’adapter au niveau de chaque enfant sans pour autant l’exclure parcequ’il ne sait pas faire .

Les difficultés peuvent s’ajouter progressivement particulièrement en ce qui concerne l’acquisition de la latéralité .

En effet , la ronde peut tourner dans le même sens le temps que l’enfant se familiarise avec le mouvement . Il est tout à fait possible ensuite de faire tourner la ronde dans le sens opposé puis de le faire plusieurs fois alternativement au cours de la même chanson .

Nous avons pu aboutir à des pas relativement complexes comme celui de "La Hora" , déplacement latéral que l’on trouve dans les danses folkloriques de Roumanie, de Grèce ou d’Israël .Grands et petits ont pu intégrer ce pas assez rapidement .

 

- L’équilibre :

Une bonne latéralisation passe également par la perception de l’axe ainsi que par les jeux d’équilibre qui peuvent se greffer autour de cette notion.

Les rondes et les danses permettent beaucoup de jeux de ce type ( sur une jambe, l’autre etc......)

 

-L’espace :

Le mouvement dansé permet de manière progressive et organisée une exploration des directions essentielles : avant, arrière, en haut, en bas, à droite, à gauche etc. ...

 

La mémoire et l’imagination :

L’enfant peut faire travailler sa mémoire par les refrains mais également lorsque la chanson lui demande (ex."Savez-vous planter les choux")de se remémorer les parties de son corps et d’en découvrir d’autres .

Il s’agit là d’un excellent moyen de faire valider ses connaissances auprès des autres.

D’autres chants font appel à davantage d’imagination ou d’improvisation .

 

-EFFETS DE L’ATELIER SUR LES ENFANTS :

L’un des gains notable pour les enfants est l’acquisition d’une certaine stabilité. En effet, cet atelier contribue à apaiser ceux qui habituellement se laissent aller à un tourbillon incessant de mouvements incontrôlés. Durant ce temps de travail nous pouvons les percevoir avec un autre regard .

Nous avons remarqué que cette stabilité n’est opérante que lorsque les adultes travaillent en "couple éducatif " ( une éducatrice, un éducateur ). Cette formule, proche du schéma familial, semble davantage contenante pour les enfants .

En outre, la dynamique de groupe joue un rôle important . Nous avons pu remarquer que si certains choisissent de se mettre à l’écart en début d’atelier, ils reviennent d’eux-mêmes dans le groupe un peu plus tard.

Un autre aspect de cette dynamique se manifeste par davantage de confiance et de prise en considération de l’autre . Ce respect mutuel nous permet désormais de proposer aux enfants d’improviser des chorégraphies sur des rythmes divers .

Nous voyons ainsi des jeunes se dévoiler petit à petit , gagner en assurance et sortir de leurs inhibitions.

J’ai remarqué que les séances se déroulent mieux lorsque nous prenons le temps d’une relaxation musicale ainsi que lorsque les adultes sont également acteurs.

Enfin il semble que chacun prenne conscience de ses possibilités corporelles et cherche de quelle façon mettre harmonieusement son corps en mouvement. L’image personnelle renvoyée par les autres s’en trouve ainsi modifiée positivement.

 

-CONCLUSION :

Un tel atelier dépasse largement le cadre de sa propre structure . Il donne à l’enfant de manière ludique , des outils de base dont il pourra se servir dans ses acquisitions futures, sa vie sociale et même professionnelle .

Comme les contes, les chants ont plusieurs niveaux de signification . L’enfant aura ainsi la possibilité de s’y référer sans cesse , au fur et à mesure de l’évolution de sa maturité .

A l’issue des séances, certains expriment ouvertement le regret d’arrêter.

Il est vrai que comme nous l’avons vu , le groupe est devenu assez stable et attentif, particulièrement en présence d’un couple éducatif.

Enfin nous pouvons remarquer un plaisir certain dans l’attitude des jeunes , lequel génère inévitablement une motivation accrue.

 

ANNEXE

1- Textes des chants cités :

 

1) "L’alouette est sur la branche "

1-L’alouette est sur la branche. (bis)

refrain :

 

fait’s un petit saut, l’alouette , l’alouette

Fait’s un petit saut l’alouette comme il faut.

2-Mettez- vous dans une ronde .( bis)

3-Mettez- vos bras en liance .(bis)

4-Faites nous la révérence.(bis)

5-On va faire trois pas de danse.(bis)

6-Faites-nous le tour de France.(bis)

 

"SAVEZ-VOUS PLANTER LES CHOUX" :

1-Savez-vous planter les choux

refrain :

à la mode, à la mode,

savez-vous planter les choux

à la mode de chez nous.

2-On le plante avec les pieds

3-On le plante avec les mains

etc.....

2- Sources :

-Texte de la conférence de Anne VIDICK : " Un outil de formation pour la personne et le social : La danse traditionnelle ".

- Formation à la pédagogie musicale Orff dispensée par Anne Marie GROSSER : http://www.aecoute.net/orff 

 

Philippe SACCOMANO

clarte@netcourrier.com